Fiction

 

SELECTION FICTION N°1

LUNA PARK, 2001, 16mm, couleur, 08'58'' 

Les luna parks ne sont pas toujours ceux que l'on imagine, leur éclat est fonction de l'intensité du désir que l'on a de découvrir leurs merveilles…Mais le plaisir de se projeter dans un univers de couleurs et de paillettes peut se révéler, en finalité, d'une troublante cruauté.

 

THIERRY AFLALOU 


 

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

 

MAXIMILIANI ULTIMA NOX, 2004, 16mm, noir & blanc, 18'00''

 

La nuit, dans les rues obscures et désertes, Maximilien se balade en chantonnant. Au coin d'une rue, il se fait arrêter par deux types bizarres. Refusant leurs avances, il se fait ruer de coups, dans le fond d'une impasse. Les deux types commencent à saigner Maximilien, sur le point de défaillir. Une voiture débouche alors à toute vitesse. Deux hommes armés en sortent, et se mettent à tirer. Une longue nuit de violence débute alors...

 

THIERRY LOPEZ

 

Cinéphile passionné de cinéma fantastique, THIERRY LOPEZ réalise son premier court-métrage Golzarath, l'attaque des morts-vivants en 1998. Armé d'une caméra super 8, il signe un pur film amateur racontant l'histoire d'un jeune couple aux prises avec une horde de zombies, dans une ambiance en hommage aux films de Lucio Fulci. 

Ne parvenant pas à concrétiser son projet médiéval fantastique Darvillania, pour une vie de désirs , il s'associe avec un ancien camarade de classe, Fred K. (réalisateur du long métrage Houtch et Houtch ), et crée Le mont Dellamorte, à Montpellier, ayant pour but de produire du cinéma indépendant. Les deux amis co-réalisent 3 films : Game over, une parodie de jeu vidéo ; Vidéo Gore, une parodie de Vidéo-gag ; et Amis pour la vie, un sitcom trash.

Thierry Lopez revient ensuite au super 8, et avec un film plus personnel, Symphonia horroris, revendique ouvertement son admiration pour l'expressionnisme allemand des années 20, la "source de tout le cinéma fantastique", et particulièrement pour le film de F.W. Murnau, Nosferatu, eine symphonie das grauens. Puis, vient Apparition, adaptation d'une nouvelle de Guy de Maupassant, dans laquelle il aborde un style plus poético-naturaliste proche de Werner Herzog, son maître spirituel.

Tous ces courts-métrages, faits avec les moyens du bord, ont permis au réalisateur d'effectuer des recherches plastiques et des expérimentations techniques. Il consacre alors une année pour un projet plus ambitieux en 16mm : Maximiliani ultima nox, toujours en auto-production et en totale indépendance.

 

site internet : http://maxultimanox.free.fr/

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

 

LA BALADE DE NO BURU, 2008, 16mm, noir & blanc, 05'12''

Un territoire où il n'y aurait plus personne... ou juste un dernier être humain. 20 ans après Tchernobyl, No Buru nous entraîne dans une promenade pendant la quelle cet homme va comprendre qu'il est l'unique survivant d'une humanité complètement détruite.

 

CHRISTOPHE GALLERON né en 1970, je suis artiste plasticien et réalise des films d’animation depuis 2004. Je suis l’auteur de plusieurs vidéoclips ainsi que de courts-métrages qui interrogent les relations de l’homme avec son environnement.

Site internet : christophegalleron.over-blog.com

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

LA PISCINE, 2008, vidéo, couleur, 27'44''

Un été caniculaire quelque part en Provence. Comme d’habitude, Thierry fait la manche. Simon, aujourd’hui, se sent investit d’une mission : aider son prochain. Une piscine pourrit quelque part.

 

FABRICE CHANUT né en 1971, Fabrice CHANUT poursuit des études de cinéma à l’Université d’Aix en Provence. Il occupe des postes d’assistant réalisateur sur des fictions, et tourne un pilote pour le projet « Le miroir de l’eau » (Société A Capella) sur les nageurs handisport sélectionnés aux Jeux Paralympiques de Sydney 2000. En parallèle, il crée avec des techniciens audiovisuels l’association Arkadine qui a pour objet l’aide à la création audiovisuelle sur Aubagne. Il y occupe le poste de chargé de développement avant de réaliser, au sein de cette structure, le film « La Piscine » (2008) avec Cyril LECOMTE et Luc PALUN.

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

SELECTION FICTION N°2

CAPITAINE, 16mm, couleur, 15'53''

Une journée « type » dans la vie d’un vieillard, ancien capitaine de police, à travers laquelle on découvre le traumatisme qu’il vit avec son auxiliaire de vie.

Le récit d’une relation triste et ambiguë entre deux personnes, visiblement très seules.

 

 

FLORIAN THOMAS est né en 1981 à Paris. Le jeune Florian a attrapé très tôt le virus du cinéma. Il était clair dans son esprit, dès l’âge de 14 ans, qu’il serait un jour un réalisateur confirmé. Et il visait haut puisqu’il voulait en effet être l’égal de John Carpenter !

Pour se faire la main, et en quelque sorte, prendre ses marques et de bonnes habitudes, le jeune Florian va donc s’exercer à la réalisation au lycée, en faisant lui-même des petits courts-métrages.

Il n’a pas négligé cependant, et ce sera heureux pour la suite de sa carrière, le travail d’écriture qui est quand même le corollaire de la réalisation.

À 18 ans, Florian entre dans une prépa cinéma à Nîmes et, en parallèle, il obtient un DEUG de Médiation Culturelle et continue d’écrire plusieurs scénarios.

Il rentre ensuite à l’université d’Aubagne où il obtient un Master Pro « Sciences, Arts et Techniques de l’Image et du Son option Réalisation ».

Les années passées à Aubagne seront riches, Florian y rencontre plein de gens, monte plein de projets dont une association de création audiovisuelle - Blimp production - au sein de laquelle il tourne des films d’entreprise, des clips ainsi que plusieurs courts-métrages, dont certains seront primés en festivals.

En 2006, il est le deuxième lauréat du SIRAR, un concours de scénarios organisé par le festival International du film d’Aubagne avec son script « Classé X ». La même année, il coréalise avec Elory Humez un court-métrage en 35mm produit par le G.R.E.C. qu’on retrouvera sélectionné dans plusieurs festivals un peu partout en France : Capitaine.

Il a également été chargé de production pour une maison de production Marseillaise, puis de communication associative. Depuis, il rédige régulièrement des scénarios qu’il présente, pour tenter de décrocher le premier projet qui en amènerait d’autres.

En ce moment Florian travaille en parallèle de l’écriture comme assistant réalisateur sur des long-métrages, des téléfilms ou encore des séries. Il vit, travail et écrit désormais sur Paris.

 

 

ELORY HUMEZ est ingénieur du son, spécialisé dans le mixage. Diplomé du CIRM de NICE (Centre National de Recherche Musicale), il fait ses débuts dans la musique et le spectacle vivant en travaillant notamment dans de nombreux festivals (Nice Jazz Festival, Jazz à Juan, Festival M.A.N.CA...). Il obtient ensuite un Master "réalisation sonore" à l'IUP SATIS d'Aubagne où il développe sa passion pour le mixage à l'image, et travaille sur de nombreux projets de court-métrages, de documentaires et d'installations sonores. Il fait alors la rencontre de FLORIAN THOMAS avec qui, il coréalisera le film « Capitaine » d’après son scénario original primé au Festival International du Film d’Aubagne.

Depuis 2005, il est mixeur "freelance" et participe activement au développement de la post-production à Marseille en travaillant pour plusieurs studios et sociétés de production.

 

 

 

Site internet : http://www.blimpprod.com/

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

DANS MON JARDIN, LA MER, 2008, 16mm, noir & blanc, 12'30''

Quelle houle pousse donc deux inconnus à échouer dans ce bar graisseux à begayer un océan invisible? Où se trouve vraiment la mer? Sans doute dans le sel d'un baiser raté. Si la portion est congrue, l'incongru est la ration.

 

WLADYSLAW ZNORKO : Né comme tout le monde à l’Hôpital de la Fraternité de Roubaix au printemps, WLADYSLAW ZNORKO se met à inventer très tôt des histoires influencées par la vision d’un spectacle de Noël au Cercle Nabuchodonosor (ancien club de Boxe). À la maternelle, son rôle du sanglier dans Sylvain et Sylvette titille sa timidité et lui dévoile la source du théâtre.

Son papa, Polonais de la région de Vilnius, soldat de l’armée du Général Wladyslaw Anders, gardien du piano de Chopin et voyageur malgré lui, lui en raconte de belles en montrant ses photos de jeunesse maculées de neige des steppes et d’errances jusqu’aux déserts d’Egypte. Son sens de la géographie en sera définitivement scellé.

Enfant, il pratique aussi l’observation et la comptabilité des wagons sur la voie ferrée voisine. Les trains postaux jaunes et les directs pour la capitale ont sa préférence. Du talus derrière la fabrique Cornu à Croix-Wasquehal (50°40’ N / 3°09’ E), les rails fatigués le transportent à la découverte de l’univers (Cosmos Kolej) et l’usine à rêves produit ses premières curiosités. En 1981, il fonde son Cosmos Kolej dans le Nord. Une panne de carburant l’arrête momentanément entre Saône et Rhône. Il investit la rue et détourne l’ordinaire des lieux en y installant l’insolite. Des petits vélos fleurissent sur les murs de la ville. On les retrouvera plus tard dans les livres d’art sur Lyon. Parmi ses objets fétiches, roues de bicyclettes un peu faussées, ampoules de récupération, robes de baptême ou de communion un peu fanées, il échafaude des performances perpétrées dans les gares et autres lieux d’errance urbaine.

Depuis, ses songes ont demandé l’asile des théâtres. Ses rêveries l'ont peu à peu déportées de l'est vers l'ouest. Après sept années passées en Irlande, il a décidé de revenir en France à Marseille pour relever les entrées et les sorties des bateaux du port à la Joliette. Ses dernières créations ont été jouées dans 21 pays. Ce voyageur pantouflard pratique aussi l'Opéra, aime la musique sur scène et continue de faire du théâtre croyant fair de la peinture. Personne n'ose le contredire. Depuis sa rencontre avec Vadim Youssof, chef opérateur de Tarkovski et de Mikhalkov ainsi que du réalisateur russe Marlen Khoutziev, il se lance dans ses premiers courts métrages en attendant mieux.

Il meurt en 2058.

Site internet : http://www.cosmoskolej.org/


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

P'TITE PIÈCE, 2008, vidéo, couleur, 08'02''

Mendier près d’un distributeur, c’est l’assurance de ne jamais entendre dire : « Désolé, j’ai pas d’argent sur moi ». Mais c’est pas gagné !

 

LOIC NICOLOFF : né en 1974, Loïc NICOLOFF est marqué à vie par L'Empire contre-attaque qu'il voit au cinéma à 5 ans… Il se passionne pour les histoires sous quelque forme que ce soit, livres, BD ou films qu'il dévore avidement. Ses deux autres électrochocs sont la découverte de l’auteur anglais Terry Pratchett, maître de l’humour et l’ironie, et le film In the Bleak Midwinter de Kenneth Branagh véritable ode aux comédiens. Une maîtrise d'informatique de gestion en poche devenue soudainement inutile, il se lance dans l'écriture de scénario pour le cinéma sans trop y croire quand il remporte le premier prix d’écriture de scénario au Festival des Scénaristes de La Ciotat en 1998. Il commence à découvrir le milieu en tant que monteur et assistant réalisateur… avant de réaliser ses propres films.

En quelques années, il réalise une dizaine de courts métrages, notamment P’tite Pièce, Léa, Apparence, P’tits Cadeaux ou l’Usine Monot qui obtiennent des récompenses dans différents festivals. Il rédige plusieurs scénarios de longs métrages… dont aucun n’est encore parvenu sur le grand ou le petit écran.

En 2003, sa rencontre avec Arleston va lui permettre se faire ses premières armes dans le scénario de BD. Tout en écrivant plusieurs histoires courtes pour Lanfeust Mag', il collabore avec le célèbre scénariste sur la série Léo Loden se passant à Marseille, sa ville natale. A l’occasion de la coupe du monde de rugby en 2007, il écrit le scénario d’une série jeunesse sur le rugby, Léo Passion Rugby.

Outre les projets pour le cinéma qu’il développe avec des réalisateurs ou avec d’autres scénaristes, il a toujours quelques projets personnels dans son escarcelle… toujours un meilleur scénario à venir !

Site internet : www.loicnicoloff.com ; www.myspace.com/zezoic ; www.loicnicoloff.com/blog


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


LA DISTRACTION, 1999, 35mm, noir et blanc, 26’00''

Adaptation d’une nouvelle de l’écrivain Emmanuel Loi. Après une blessure amoureuse, Léna, une jeune femme instable, ne se reconnaît plus...

 

DENIS CARTET est auteur réalisateur de six films primés dans de nombreux festivals : Le cochon, 1992 ; Mamette fait du cinéma, 1995 ; La Distraction, 1999 ; Les Passagères, 2000 ; Mémoires vives, 2001.

Il vit et travaille à Marseille. Après avoir créé la structure Les Films de la Belle de Mai, il crée en 2001, Digital Borax, studio de création cinématographique et numérique. Dans un aller-retour constant entre cinéma et multimédia, Denis CARTET finalise, aujourd’hui, un film documentaire en direct, en live : Obstruction brusque d’un vaisseau par un corps étranger. Résident à la Friche La Belle de Mai depuis 1996, il mène un parcours exigeant et rigoureux en Méditerranée. Denis CARTET est aussi L’Homme de la Rue sur Radio Grenouille et Dennis Dezenn lorsqu’il est VJ.

 

Site internet : http://www.digitalborax.org ; http://www.dailymotion.com/Denis-Cartet


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.