Art-Vidéo

page en cours de constitution
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ 

 

10 MINUTES ÉDULCORÉES, 2004, vidéo, 10'00''

10 jeux de 1 à 99 ans. Les vidéos de Minutes édulcorées sont tirées du site internet uneminute.net contenant 140 vidéos d’une minute. Celles-ci sont aussi visibles sur facebook dans le groupe uneminute.net.

« Des instants fragiles et éphémères à feuilleter comme un carnet de croquis », (Libération, Marie Lechner, 02 mai 2003).

« Ces petites pièces aux titres sibyllins continuent pour l’heure d’évoquer de façon poétique un quotidien qui est aussi le nôtre », (Coming Up, Eric Foucher, juillet 2003).

 

PASCAL MARTINEZ est né en 1971 à Paris. Il vit et travaille à Marseille. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, il développe un travail sensible et fragile avec des installations, des vidéos et des photographies qu’il expose régulièrement. Ses dernières expositions ont eu lieu à Paris (Fondation d’Entreprise Ricard), à Dublin (Maison de l’Europe), à Québec (Manif d’art 4) et à Marseille (Galerie Saffir, Art-O-Rama 2009).

Site internet : http://pascalz.net/

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

SUR LA DUREE DES IMAGES, 2004, vidéo, couleur, 03'34''

« Sur la durée des images » est une chorégraphie scripturale qui donne à voir et à entendre l’instant en écrivant et réécrivant jusqu’à saturation : « avec des haches nous cassons l’eau contre la durée des images »*. Elargir le champ de l’œuvre poétique vers l’apparition d’un réseau originel de graphes bruyants que j’écris rageusement à la plume Sergent Major : écrire !...

 

PLUMERAGE, 2006, vidéo, couleur 02'48''

Il faut regler le son à fond car c'est de violence dont je parle ici, celle de la naissance du travail et de la forme de l'oubli. Celle qui separe l'oral de l'ecrit. Les oeuvres, il faut les envoyer en l'air pour savoir le bruit qu'elles font en retombant. Donc le son est tres important, comme si, tout seul il fabriquait l'image, sans artiste ni plume! C'est là mon affection pour cette valeur ajoutée qui est le bruit du travail attelé au bruit de la pensée. Un bruit qui tantôt racle le cerveau quand tu bute sur le vide, mais quand ça chante enfin qui te fait dire "un lapin me lèche âme" (c'est de mon grand-père paysan et... Super Braconnier!). La chorégraphie de  « Sur la durée des images »  fut initiatrice de cette série des vanités dont fait partie « Plumerage ».

« N'oublie cher ami et telespectateur, que pour chaque film je détruit une plume, et ici elle est en or, faut payer le prix de sa vanité... Pour une plumée de couilles en or ».

 

POUR CESARE VANINI, 2008, vidéo, noir & blanc 02'35''

« pour Cesare Vanini » comment et pourquoi des images sur un texte, un poème ?

Depuis 4 ans j'ai réalisé une dizaine de vidéopoèmes sur des textes dit par Jérôme GAME, Serge PEY, Claude BER.

Dans ce films très court, dont le noyau est le texte hommage de Serge PEY à Cesare VANINI, (dit sur le lieu même où est le philosophe et naturaliste italien, proche du courant proche du courant libertin périt la langue arraché Toulouse), l'intérêt principal est d'une part d'accompagner le flux montant du poète, mais également de délier la vidéo de ce "contrat" d'accompagnement. Séparer les rythmes d'une image pourtant circulaire. ne pas vassaliser l'image en la réduisant à un simple rôle d'illustration. Faire en sorte que chaque voix, chaque image, chaque mot reprenne son indépendance et son autonomie réelle alors qu'en apparence il s'agit d'un parcours consensuel.

Ce qui est réalisé grâce à de très discrètes modification du film.

 

GINEY AYME né le 6 août 1946 (premier anniversaire : HIROSHIMA).

Vit et travaille à Marseille. Plasticien vidéaste, éditeur, musicien, chercheur de truffes .. A réalisé une vingtaine d'oeuvres d'art public en France. A créé des fresques géantes de 500 m peintes sur les routes du Vaucluse. "Feuilles de routes" Prépare actuellement un projet sur la Ville de Marseille et les îles du Frioul à partir de plans d'urbanisme et les voix de marseillais. (((SUR VOL ))) : Photo, vidéo, art sonore, installations, écritures. (Création à laquelle est associée Florence PAZZOTTU). LA TRAVERSE, Grains de lumière. Marseille 13002.

La plupart de mes vidéos (et il en est de même de mon travail plastique) poursuivent une quête du temps. Il est donné à voir ce qui se fait et à entendre ce qui est en train de se faire. Histoire des figures imposées d’un quotidien qui se déroule comme un ruban lointain et indifférent mais qui toujours, renvoie à l’individu, à la mémoire intime et qui proclame le pouvoir de la Poésie comme noyau essentiel. Séquences métaphoriques sans trucages, séquences accidentelles ou recherchées, brutes ou magnifiées par le choix, il y a dans mon travail (vidéo-graphie, écriture et arts plastiques) la volonté essentielle de contenir le temps, de le ralentir pour ne pas le laisser se perdre dans le grand fleuve de l’accélération d’un monde où gagner du temps s’apparente souvent à la volonté de le transformer en valeur quantifiable.

Site internet : http://giney.over-blog.com/


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

C'EST LÀ QU'ON PILLE ? 2009, vidéo

Un film saucisson coupé en tranche. Réalisation Francis Lecomte. Avec Arsène et Francis lecomte .

De nos jours, un réalisateur a écrit un scénario et son titre sur la liste des courses. Il se rend compte qu'il l'a égarée et c'est la confusion totale. les acteurs sont livrés à eux même pendant que deux journalistes d'investigation questionnent le réalisateur...

 

FRANCIS LECOMTE 1954 - 20 .. né à Paris. Vie maritale 2 enfants, installé dans les alpes de Haute Provence depuis une dizaine d'années.

Diplômé de la Street School of Nairobi (Kenya), reporter free-lance à travers le monde au service de l'image humanitaire. sa devise : ne jamais porter de montre tout en vivant à plein temps.

Sa révolte : L'homme n'est pas un mouton formaté.

Son credo : Ouvrir grand les yeux car l'information officielle nous berne, nous cerne et c'est pas du Jules Verne.

Aujourd'hui le reporter a rangé ses fringues de baroudeur pour se consacrer à l'élaboration d'un nouveau genre. A savoir, le tricotage d'une série de DVD intitulée" pull anti puce (électronique) ou comme disait Xénophon : "La technologie c'est bien beau mais dans quel main?"

Le dernier né de la série tout show, intitulé "C'est là qu'on pille ?"

un film plein la gueule...


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


THE AGE OF ENLIGHTENMENT, 2008, vidéo, couleur, 02'20''

Mise au point.

NEW WORLD ORDER, 2008, vidéo, couleur, 03'00''

Flux chaotique maîtrisé.

HOW VIOLENT HER CHARMS, HOW CHARMING HIS VIOLENCE, 2008, vidéo, couleur, 04'00''

[si la femme est faite pour plaire et pour être subjuguée, elle doit se rendre agréable l’homme au lieu de le provoquer.] ? (Jean-Jacques Rousseau 1762).

 

SAMUEL BESTER est initié à l’art par l’artiste Falk Veran en Suisse où il passe ses premières années. Il suit ensuite des études d’Art Appliqués à Nîmes, puis à l’école des arts décorative de Strasbourg ou il prend conscience, avec son professeur Jean-François Guiton, de l’importance que la vidéo va prendre dans sa vie et dans sa recherches artistiques. Des rencontres avec Sarkis, Robert Cahen, Jochen Guerz et Haroun Farocki nourrissent sa démarche. Aujourd’hui monteur et réalisateur, il partage sa vie et son travail entre Marseille, Strasbourg et l’Allemagne. Aux frontières des genres, ses films sont souvent d’inspiration documentaire et expérimentale.

Site internet : http://web.mac.com/samuelbester

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

TRAP, 2007, vidéo, 03'30''

« Hommage au carré-pixel » : création de formes hypnotiques et d’ondes radiosonic en mouvement.

Le corps insuffle à l’outil le désir de parler. Modification de forme, de couleur et télescopage géométrique proposant une danse en forme de mosaïque. Trap est une peinture abstraite qui se transforme, évolue et génère des formes hypnotiques.

Hommage à Rothko !

Film issu du dvd vidéo Monkey_Party disponible chez Lowave. http://www.monkey-party.org ; http://www.lowave.com

DEMOLECULARISATION [projectsinge]:

jérôme et jeanfrançois Blanquet recoupent leurs recherches au sein de DEMOLECULARISATION, projet d'intervention abstrait et bruitiste libéré des contraintes audiovisuelles conventionnelles.

DEMOLECULARISATION se rapproche du genre dit de musique improvisée, explore l'instant présent et interroge les possibilités de syntaxe audiovisuelles, aucunes des sources crées n'existent au préalable, tout est fait in situ. Les phénomènes de feedback et de larsen sont souvent au centre de leur façon de créer du matériau vidéosonore par le biais de machines modifiées. Le duo joue sur les contraintes de ses outils d'exploration jusqu'à s'affranchir de leurs limites normales d'utilisation.

jérôme et jeanfrançois Blanquet font corps avec la machine, pour une écriture directe, fragile et instinctive.

Site internet : http://projectsinge.free.fr ; http://myspace.com/demolecularisation


JEROME BLANQUET(Paris)

Ses explorations sur l'image mouvement  et l'écriture spontanée, le poussent souvent à la représentation de ce qui échappe à notre conscient. Particulièrement inspiré par les technologies, il interroge continuellement les limites de ses outils et de ses connaissances. Il détourne des formes établies, à la recherche d'interstices, sortes de zones ouvertes où l'on peut trouver du sens. Il se définit comme un instinctif qui aime se perdre pour mieux se trouver.

Au carrefour de la vidéo expérimentale et de la performance (action directe), il joue avec l’accident, la surprise, recherche l’abandon, sans censure, sans auto censure, pour se retrouver face à son inconscient au pied du mur et agir.

Que ce soit pour la danse ou la musique ou encore pour ses films, ses interventions sont des expériences sensorielles. Ses terrains de recherches l’orientent principalement sur le détournement de ce qui nous entoure, y compris de soi, l’invisible, le temps, les rapports image/son, l’interaction son/corps et image/corps, en considérant le corps comme physique et mental.

Site internet : www.myspace.com/jblanquet ; http://fr.youtube.com/JBlanquet


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ 

 

LE REVE DE VANESSA S., 1999, vidéo, noir & blanc, 00'56''

Ce film est à la fois burlesque et tragique. Il fait état d’une chute brutale et inattendue. Il mêle l’univers de l’enfance et de ses peurs à celui du rêve inexplicable.

 

VANESSA SANTULLO est née en 1975, elle vit et travaille à Marseille en France. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, avec les félicitations du jury en 2000, Vanessa Santullo travaille essentiellement en vidéo, photographie et son, utilisant tour à tour ces média pour enquêter sur la nature des liens qui se tissent entre les individus.

« Vanessa Santullo interroge l’humain, l’étudie, le traque… isolément ou dans ses rapports avec les autres, zoomant sur son existence, ses réminiscences ». En considérant que chaque instant de vie est un univers à partager Vanessa Santullo utilise la vie quotidienne comme matière première, elle observe ceux qui l’entourent et puise dans l’intimité des autres sans chercher un ton intimiste. Ses oeuvres contiennent une charge documentaire et sociale. À travers ses narrations personnelles, l’artiste nous propose de plonger dans un imaginaire, d’être témoin de tranches de vies, de faits anodins ou parfois d’ évènements plus marquant.

Chacune de ses réalisations se présente sous différentes formes d’installations variables en fonction du contenu de la réalisation : projections simultanées, capture d’images vidéo en tirage c-print, installations sonores…

*Hélène Lallier, communiqué de presse, exposition « Les p’tites histoires », Centre d’Art Contemporain de Lacoux

Site internet : http://www.vanessa-santullo.net/


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

LA FORCE DE L'ARRIERE TRAIN, 2008, vidéo, couleur, 00'55'' 

C’est de bon matin, en lisant son journal, que M. Maurel découvre stupéfait que le futur tracé de la LGV devrait passer près de chez lui. Une nouvelle qui fait…

LAURENT SABATIER éducateur 32 ans, Varages, (Var). Réalisateur et spéléologue, Laurent Sabatier s’est spécialisé depuis quelques années dans les films retraçant les fêtes traditionnelles provençales, mais également, sur la découverte de l’eau, des milieux aquatiques et du monde souterrain. Dernièrement, c’est sur le terrain de la lutte contre les tracés de la LGV PACA que Laurent Sabatier a fait chauffer sa caméra avec une série de reportages consacrés aux manifestations d’opposition a ce projet.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++



Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.